Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

LA COMPRESSION DU NERF ULNAIRE

Les nerfs périphériques peuvent être comprimés le long de leur trajectoire, depuis leur origine jusqu’à leur extrémité, lorsqu’ils passent à travers des canaux constitués d’éléments osseux et fibreux. En ce qui concerne le nerf cubital au coude, il est important de faire la distinction entre les situations où le canal ostéo-fibreux, situé à l’intérieur de l’articulation, joue un rôle principal et peut être décomprimé à différents niveaux, et les cas secondaires résultant de causes spécifiques, comme une inflammation du tissu synovial tapissant l’articulation du coude ou des séquelles de fractures. Dans les situations secondaires à des causes spécifiques, il est nécessaire à la fois de libérer le nerf et, dans certains cas, de traiter la source de la compression. Lorsque le canal ostéo-fibreux est prédominant, la compression peut se produire à divers endroits : à la sortie du canal lorsque le nerf passe sous l’arche fibreuse du fléchisseur interne du poignet, en arrière de la saillie osseuse interne (épitrochlée), ou plus proximalement lorsqu’il traverse l’aponévrose interne du bras.

Non seulement la présence d’atteintes exclusivement subjectives correspondant à une stimulation des aires sensorielles des nerfs de la main au niveau des 4e et 5e doigts, mais aussi la notion d’ancienneté de l’atteinte est importante. Une étude électrophysiologique (enregistrement du courant conduit par le nerf) confirme le site de compression du nerf cubital au niveau du coude. Parfois, cela devient encore plus important. Viennent ensuite les déficits sensoriels objectifs, la conscience sensorielle réduite au niveau des 4e et 5e doigts, et les déficits moteurs, qui sont initialement associés à une force de préhension réduite puis progressivement plus des petits muscles de la main.  (amyotrophie).

Le traitement de la compression du nerf cubital au niveau du coude est souvent chirurgical, bien que certains auteurs suggèrent une immobilisation du coude avec une attelle nocturne dans les premiers temps. Les interventions chirurgicales pour libérer les nerfs et décompresser sont généralement réalisées sous anesthésie locale des membres supérieurs. Tout d’abord, ouvrez l’arc à travers lequel le nerf passe dans la partie distale du canal. Si la compression à cet endroit est bonne et que le nerf est bien stable dans sa gorge lors de la flexion/extension, ce simple geste suffit à dégager l’obstruction. Dans d’autres cas, le sillon neural est instable et traverse en permanence la crête médiale du coude lors du passage de l’extension à la flexion, provoquant une inflammation due à cette instabilité. L’épaisseur de cette proéminence osseuse peut être réduite (synovectomie supérieure) ou le nerf peut être sorti de la gouttière et passé devant la synoviale supérieure. L’humérus est la partie interne de l’extrémité inférieure de l’humérus.

Au stade postopératoire, il peut être mobilisé immédiatement, mais dans certains cas, une attelle qui immobilise le coude pendant plusieurs jours peut aider. Le développement est souvent caractérisé dans les formes précoces par la disparition rapide des douleurs et des déficits sensoriels. S’il existe des déficits objectifs associés à la destruction des fibres nerveuses au niveau du coude et que la réparation nerveuse est effectuée à 1 mm par jour, une attente de 6 mois ou plus est nécessaire pour restaurer la sensibilité et la force. Si le problème persiste pendant une très longue période de temps, il n’y a pas de retour en arrière.

Aucune intervention chirurgicale n’est sans risque de complications.

– Si elle est diagnostiquée tôt, l’infection postopératoire est assez facile à contrôler, provoquant des douleurs anormales, des battements, un gonflement et une rougeur marquée, et une réintervention est possible à tout moment.

– Gonflement douloureux du coude suivi d’une raideur, complication rare mais inquiétante (dystrophie algésique) pouvant également toucher les mains et les épaules. Il se développe lentement et peut avoir des effets durables (douleurs, raideur des doigts et des poignets, et même des épaules) pendant des mois, voire des années.

– Les lésions nerveuses sont anormales.

– La récidive est rare, mais pas totalement exclue.

Les chirurgiens sont les mieux placés pour répondre à toutes vos questions avant ou après la chirurgie. N’hésitez pas à le consulter à nouveau avant de prendre une décision.

Tendinites Main Poignet

Les tendinites représentent des inflammations aiguës ou chroniques qui affectent les tendons, ainsi que fréquemment leurs points d’ancrage sur les os (apophysites), leurs gaines synoviales (ténosynovites) ou encore leurs bourses …

Arthrose du poignet

L’arthrose du poignet est une affection où les articulations du poignet sont affectées par la dégradation progressive du cartilage qui recouvre les surfaces articulaires. Cette détérioration peut entraîner des douleurs, une raideur, une diminution de la …

Kystes Articulaires

Il s’agit d’une masse anormale qui peut se développer à différentes localisations de votre main. La position la plus fréquente est sur le dos du poignet. Cependant, elle peut également apparaître à la partie avant du poignet, voire plus rarement à la base d’un doigt.

L’arthrose des doigts

L’arthrose des doigts, également connue sous le nom d’arthrose digitale, est une condition dégénérative qui affecte les articulations des doigts. Elle se caractérise par la dégradation progressive du cartilage qui recouvre les extrémités des os des articulations.

Blocage des doigts

Le blocage des doigts, également connu sous le nom de doigts à ressaut ou doigts à ressort, est une condition médicale où un doigt ou le pouce devient difficile à plier ou à déplier en raison d’une contraction soudaine et incontrôlable des tendons fléchisseurs.

Tunnel carpien – Compression du nerf médian

Qu’est-ce que le nerf médian : Le nerf médian est l’un des nerfs majeurs de la main et du bras. Il prend son origine au niveau de la colonne vertébrale et parcourt toute la longueur du bras pour atteindre la main.

Douleur ulnaire du poignet

La douleur ulnaire au poignet, également appelée douleur ulnaire, fait référence à une sensation d’inconfort ou de douleur ressentie du côté ulnaire ou médial du poignet, c’est-à-dire du côté du petit doigt.

Arthrose du pouce

L’arthrose du pouce, également appelée rhizarthrose, est une affection articulaire dégénérative qui implique la dégradation progressive du cartilage à la base du pouce, là où l’os du poignet appelé trapèze rencontre le premier os de la main, le métacarpien. Cette dégradation du cartilage peut entraîner une douleur, une raideur et une réduction de la fonction articulaire dans cette zone.

Maladie de Depuytren

La maladie de Dupuytren se caractérise par la formation sous la peau de la main d’un tissu fibreux (également appelé fibromatose), entraînant une contraction graduelle d’un ou plusieurs doigts vers la paume. Les origines de cette affection sont diverses et nombreuses, incluant notamment des prédispositions familiales. Cependant, malgré sa première description par le Baron Guillaume Dupuytren en 1832, l’origine précise de cette maladie demeure inconnue.

Our surgeon makes you feel more confident.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Aenean dictum dolor nunc, at consectetur nulla volutpat ut. Nam suscipit ex sapien, et vehicula lectus dapibus imperdiet. Curabitur ac metus magna. Nunc sagittis justo a nunc vulputate, in euismod quam aliquet. Donec non hendrerit sapien. 

Our surgeon makes you feel more confident.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Aenean dictum dolor nunc, at consectetur nulla volutpat ut. Nam suscipit ex sapien, et vehicula lectus dapibus imperdiet. Curabitur ac metus magna. Nunc sagittis justo a nunc vulputate, in euismod quam aliquet. Donec non hendrerit sapien.