Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

TRAITEMENT ARTHROSCOPIQUE D’UNE LESION CENTRALE DU LIGAMENT TRIANGULAIRE

1- Pourquoi un traitement arthroscopique d’une lésion centrale du ligament triangulaire est-il nécessaire ? 

Le ligament triangulaire (aussi appelé complexe fibrocartilagineux triangulaire ou TFCC) est une structure ligamentaire située à la partie interne du poignet, réunissant les deux os de l’avant-bras (radius et ulna). Il joue un rôle essentiel dans la stabilisation du poignet dans les mouvements de rotation de l’avant-bras (pronation et supination). Il a également une fonction d’amortisseur entre les os du poignet (carpe) et de l’avant-bras lors de l’appui sur la main. 

– Le ligament triangulaire peut être lésé dans certains mouvements d’extension forcée du poignet (chute) ou de torsion extrême (retour de perceuse). Sa portion centrale peut alors se déchirer, entraînant des douleurs à la partie interne du poignet. 

  • Le premier traitement indiqué en cas de lésion centrale du ligament triangulaire est le port d’une immobilisation par attelle pour quelques semaines, pouvant être associé à la prise d’anti inflammatoires, la pratique d’une infiltration de corticoïdes ou de séances de rééducation. Dans certains cas ces traitements s’avèrent insuffisants et on observe la persistance : 
  • de douleurs invalidantes de la partie interne du poignet, 
  • d’une limitation de mobilité du poignet, 
  • de claquements dans les mouvements du poignet, 
  • d’un manque de force. 
  • Dans ces cas il est proposé d’effectuer une intervention chirurgicale pour traiter la lésion centrale du ligament triangulaire. 
  • Au cours de votre consultation, le chirurgien va suspecter une lésion du ligament triangulaire devant des signes et symptômes évocateurs. Il pourra vous prescrire des examens complémentaires pour l’aider dans la démarche diagnostique, et notamment : 
  • Des radiographies qui permettront de préciser la morphologie osseuse de votre poignet, 
  • Une IRM qui permet de visualiser le ligament triangulaire et de montrer les lésions éventuelles de celui-ci, 
  • Un arthroscanner (scanner avec une injection de produit de contraste à l’intérieur du poignet) qui va mettre en évidence la lésion centrale du ligament triangulaire. 
  • Aucun de ces examens n’est fiable à 100% et ils ne sont qu’un des éléments qui vont permettre à votre chirurgien de faire le diagnostic de votre pathologie et vous proposer un traitement. 

2 – Le déroulement de l’intervention

  • L’intervention se déroule habituellement sous anesthésie locorégionale mais dans certaines circonstances une anesthésie générale peut être préférée. Le déroulement de l’anesthésie vous sera expliqué par le médecin anesthésiste en consultation avant l’intervention. 
  • L’intervention consiste à régulariser chirurgicalement la déchirure centrale du ligament triangulaire et à retirer les tissus lésés de l’intérieur de l’articulation. La méthode arthroscopique (utilisant une caméra introduite dans l’articulation) permet de réduire la taille des incisions nécessaires à cette intervention. 
  • Pour votre sécurité plusieurs vérifications seront faites avant l’intervention concernant votre identité, l’intervention prévue, le côté à opérer, la disponibilité et le fonctionnement du matériel nécessaire. Ce n’est qu’une fois toutes ces vérifications effectuées que l’intervention pourra débuter. 
  • Au cours de l’intervention certaines constatations ou circonstances peuvent amener le chirurgien à adapter et modifier le geste initialement prévu 
  • L’immobilisation postopératoire par attelle n’est pas systématique, mais elle peut être proposée pour quelques jours à visée antalgique. Des pansements seront à porter pendant 10 à 15 jours. L’utilisation progressive du poignet est autorisée dès le lendemain de l’intervention, en restant sous le seuil douloureux. Le plein bénéfice de l’intervention ne pourra cependant être apprécié que quelques mois après celle-ci. 
  • Dans la majorité des cas, l’intervention permet la disparition des douleurs et la reprise de l’utilisation normale du poignet. Certaines complications peuvent cependant parfois survenir : 
  • Une lésion du rameau cutané dorsal du nerf ulnaire peut entraînant une perte de sensibilité à la partie interne du dos de la main : il s’agit le plus souvent d’une lésion bénigne dont l’amélioration se fait d’elle-même en quelques mois. Plus rarement il peut s’agir d’une section de ce nerf pour laquelle une réparation chirurgicale est nécessaire. 
  • Une lésion d’un tendon au poignet peut nécessiter une réparation chirurgicale 
  • La persistance de douleurs malgré l’intervention est une toujours possible. Dans ce cas une nouvelle intervention chirurgicale pourra éventuellement vous être proposée. 

3 – Votre intervention en pratique

  • Préparation à l’intervention 
  • La consultation pré anesthésique est obligatoire avant toute intervention. Le médecin anesthésiste recueillera tous les éléments médicaux nécessaires et vous prescrira éventuellement un bilan complémentaire. 
  • Prenez une douche la veille au soir et le matin de votre intervention. 
  • Le jour de l’intervention n’utilisez pas de crème hydratante pour la peau et enlevez bijoux (dont alliance), piercings, vernis à ongle et faux ongles. 
  • Restez à jeun selon les consignes de l’anesthésiste 
  • Suivez les recommandations de l’anesthésiste pour la prise de vos médicaments habituels. 
  • L’intervention se fait habituellement en chirurgie ambulatoire mais une hospitalisation brève est parfois proposée. 
  • Après une chirurgie ambulatoire vous devrez être accompagné(e) pour quitter l’établissement et rejoindre votre domicile, et ne pas rester seul(e) le soir et la nuit après l’intervention. 
  • Prenez systématiquement le traitement antalgique prescrit 
  • Maintenez strictement le bras en écharpe au moins jusqu’au réveil de l’anesthésie 
  • Faites bouger vos doigts régulièrement dès la fin de l‘anesthésie. 
  • Faites attention à ne pas mouiller ni salir votre pansement 
  • Il est important de suivre les consignes qui vous seront données par l’anesthésiste et le chirurgien. 

N’hésitez pas à poser à votre chirurgien toutes les questions que vous jugerez utiles avant votre intervention. 

Cette fiche d’information n’est pas exhaustive. Certaines complications sont particulièrement exceptionnelles et peuvent survenir dans un contexte spécifique. Il est important de comprendre que toutes les complications ne peuvent pas être précisées de façon exhaustive. 

Tendinites Main Poignet

Les tendinites représentent des inflammations aiguës ou chroniques qui affectent les tendons, ainsi que fréquemment leurs points d’ancrage sur les os (apophysites), leurs gaines synoviales (ténosynovites) ou encore leurs bourses …

Arthrose du poignet

L’arthrose du poignet est une affection où les articulations du poignet sont affectées par la dégradation progressive du cartilage qui recouvre les surfaces articulaires. Cette détérioration peut entraîner des douleurs, une raideur, une diminution de la …

Kystes Articulaires

Il s’agit d’une masse anormale qui peut se développer à différentes localisations de votre main. La position la plus fréquente est sur le dos du poignet. Cependant, elle peut également apparaître à la partie avant du poignet, voire plus rarement à la base d’un doigt.

L’arthrose des doigts

L’arthrose des doigts, également connue sous le nom d’arthrose digitale, est une condition dégénérative qui affecte les articulations des doigts. Elle se caractérise par la dégradation progressive du cartilage qui recouvre les extrémités des os des articulations.

Blocage des doigts

Le blocage des doigts, également connu sous le nom de doigts à ressaut ou doigts à ressort, est une condition médicale où un doigt ou le pouce devient difficile à plier ou à déplier en raison d’une contraction soudaine et incontrôlable des tendons fléchisseurs.

Tunnel carpien – Compression du nerf médian

Qu’est-ce que le nerf médian : Le nerf médian est l’un des nerfs majeurs de la main et du bras. Il prend son origine au niveau de la colonne vertébrale et parcourt toute la longueur du bras pour atteindre la main.

Douleur ulnaire du poignet

La douleur ulnaire au poignet, également appelée douleur ulnaire, fait référence à une sensation d’inconfort ou de douleur ressentie du côté ulnaire ou médial du poignet, c’est-à-dire du côté du petit doigt.

Arthrose du pouce

L’arthrose du pouce, également appelée rhizarthrose, est une affection articulaire dégénérative qui implique la dégradation progressive du cartilage à la base du pouce, là où l’os du poignet appelé trapèze rencontre le premier os de la main, le métacarpien. Cette dégradation du cartilage peut entraîner une douleur, une raideur et une réduction de la fonction articulaire dans cette zone.

Maladie de Depuytren

La maladie de Dupuytren se caractérise par la formation sous la peau de la main d’un tissu fibreux (également appelé fibromatose), entraînant une contraction graduelle d’un ou plusieurs doigts vers la paume. Les origines de cette affection sont diverses et nombreuses, incluant notamment des prédispositions familiales. Cependant, malgré sa première description par le Baron Guillaume Dupuytren en 1832, l’origine précise de cette maladie demeure inconnue.

Our surgeon makes you feel more confident.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Aenean dictum dolor nunc, at consectetur nulla volutpat ut. Nam suscipit ex sapien, et vehicula lectus dapibus imperdiet. Curabitur ac metus magna. Nunc sagittis justo a nunc vulputate, in euismod quam aliquet. Donec non hendrerit sapien. 

Our surgeon makes you feel more confident.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Aenean dictum dolor nunc, at consectetur nulla volutpat ut. Nam suscipit ex sapien, et vehicula lectus dapibus imperdiet. Curabitur ac metus magna. Nunc sagittis justo a nunc vulputate, in euismod quam aliquet. Donec non hendrerit sapien.